Cameroun, tu me fais peur

Article : Cameroun, tu me fais peur  
Étiquettes
21 octobre 2016

Cameroun, tu me fais peur

La route reliant les deux capitales Yaoundé et Douala coupée. Déraillement de train. Bilan provisoire : plusieurs dizaines de morts.

J’ai mal dans ma chair. Ça ne baigne pas du tout ce vendredi. Mon week-end commence mal. Très mal. J’ai la rage. Je ne comprends rien. Peut-être que j’hallucine. Ou alors peut-être que je suis devenu fou hein ! Mais non ! J’ai encore tous mes sens. J’ai juste envie de pleurer pour ces victimes. J’en suis une, je le sais. Mais j’ai envie de crier très fort pour dire mon ras-le-bol.

Pour dire non aux accidents routiers. Pour demander à nos dirigeants et à Satan de me rendre mes frères et sœurs qu’ils avalent chaque jour sur nos routes. Je n’en peux plus. Sans boussole, où va ce pays au juste ?

Bougie allumée. Trop de morts sur nos routes.
Bougie allumée. Trop de morts sur nos routes.

Hier jeudi, par la grâce du Seigneur, le bus dans lequel j’ai voyagé a esquivé tous les nids de poule qui inondent la piste Douala-Yaoundé. J’ai fait un aller-retour sans dégât majeur. Mais ce matin, j’apprends l’effondrement du pont vers Boumnyebel autour de 2h. L’autre jour, quand les blogueurs dénonçaient le mauvais état de nos routes dans le cadre de la campagne #StopAuxAccidentsRoutiers, certaines mauvaises langues nous ont traités de tous les noms d’oiseau. Voilà que les deux principales capitales du pays sont désormais coupées.

Comme un malheur ne vient jamais seul, il y a quelques heures, j’ai appris le déraillement d’un train de Camrail « à Matomb, sur l’axe Yaoundé –Douala, dans le département de  Nyon-et-Kéllé, région du Centre », écrit le portail Camersenat.info. Après l’effondrement du pont à une soixantaine de kilomètres après Boumnyebel, les camerounais devaient quand même voyager pour vaquer à leurs occupations. Puisque beaucoup de camerounais n’ont pas les moyens financiers pour se payer un vol via la compagnie aérienne à problèmes Camair-co, ils ont fait confiance aux trains de Camrail. Qui ont malheureusement servi un déraillement.

Voilà que plusieurs dizaines de personnes ont perdu la vie suite à cet accident. Tous le pays est en pleurs. Des pleurs qui laissent croire que les camerounais ont de plus en plus peur de leur propre pays. C’est comme si le diable s’était invité chez nous. On a par exemple les terroristes qui sèment la pagaille dans la partie septentrionale du pays, on a les rebelles centrafricains à l’Est, etc. On a aussi nos propres terroristes endogènes. Ceux-là qui détournent les enveloppes destinées à la construction de notre Cameroun.

Nos dirigeants sont malades. Ce sont tous des vrais psychopathes. Des gens qui ne prévoient jamais. Sauf pour leurs ventres déjà remplis de « gombo ». Ils agissent toujours dans la précipitation. Où allons-nous arriver avec de telles personnes hein ? Franchement, j’en ai marre. J’en ai marre de voir mes frères et sœurs être arrachés à la vie comme… des bêtes sauvages.

Partagez

Commentaires