Esclavage : oui Claudy Siar, non à l’hypocrisie africaine

Tu es le père de la génération consciente. Tu te bats corps et âme depuis des années pour la cause africaine. Je fredonne régulièrement les refrains de tes tubes sur la dignité africaine. Bravo Claudy, tu as réussi à faire couler une larme!

Ce lundi matin, je ne suis toujours pas situé sur mon prochain billet. Et pourtant, le monde entier est bouleversé par ce qui se passe en Lybie avec la vente des hommes de race noire aux hommes de race blanche par d’autres Africains. Je cherche toujours les mots pour qualifier cet horrible commerce. C’est très tôt ce matin que j’ai écouté Claudy Siar, un descendant d’esclaves et fier de l’être. Son intervention a été diffusée dans une chaine de radio chrétienne locale à laquelle je suis connecté depuis un moment. Je me suis reconnu dans les propos du célèbre animateur de Radio France Internationale (Rfi).
Je l’ai suivi avec une attention particulière. Moi qui pensais qu’il faisait de la comédie. Non, Claudy est vraiment fâché. Lui fils de Cornelia et de François (j’ai tiré ces deux prénoms de l’une de ses chansons que je kiffe grave !). Le mec m’a franchement convaincu avec des propos vraiment choquants. Un cri de détresse que tout africain conscient devrait écouter et se révolter.
J’ai coulé une larme en l’écoutant. Comme Claudy, je me demande comment les dirigeants africains peuvent rester silencieux face à une telle barbarie. Moi qui pensais que la traite negrière avait été abolie. Non, je me suis trompé, elle a tout simplement été embellie, ou maquillée si vous voulez. Aujourd’hui je le découvre et je réalise que l’abolition n’est qu’un mot qui n’a aucun sens pour les buveurs de sang et ivres de méchanceté. Le business d’esclaves noirs se porte bien en Lybie et dans plusieurs pays d’Europe, d’Afrique, d’Amérique et d’Asie.

Esclavage en Libye. Cc:wikipedia

Je parie que les dirigeants du monde le savent très bien, mais font semblant d’être surpris quand un média le dénonce. Une vraie hypocrisie. En Afrique, j’ai également suivi le président en exercice de l’Union africaine (UA), Alpha Condé sur le sujet. Le chef de l’Etat Guinéen veut que le cas des esclaves de la Lybie soit débattu lors du prochain sommet Afrique-Europe. Pourquoi nos chefs d’Etat sont si méchants ? Je refuse de croire qu’ils ignorent tout ce qui se passe comme trafic sur notre propre continent. A cause de leur manque de vision pour leurs pays, ils poussent mes frères et sœurs dans le désert à la recherche des meilleures conditions de vie. Ils pillent nos ressources naturelles. Ils partagent nos richesses avec ceux qui les maintiennent au pouvoir. Depuis que cette histoire d’esclavage en Lybie est médiatisé,beaucoup de Camerounais sont cités dans les articles et interventions que j’ai lus jusqu’ici. Beaucoup sont également placés dans des cages comme des singes par des trafiquants, sans que cela n’émeuve Yaoundé. Notre « Nkunkuma » Paul Biya ne dit rien. Et pourtant, tous les jours, de jeunes camerounais et camerounaises quittent ce pays plein de richesses, à pied pour se rendre en Europe en passant soit par la Lybie, soit par le Maroc. L’autre jour, un camarade d’école primaire m’a dit qui va aussi se lancer dans le désert. Tout ça parce que le pays ne fait plus rêver. Parce que les emplois sont verrouillés. Parce que les employés, payés en monnaie de singe, sont obligés d’entrer dans les circuits de corruption et de détournements. Parce que les guerres tribales prennent de l’ampleur tous les jours, alors que la population croupit dans la misère.
Donc comme Claudy, les africains doivent tous se lever comme un seul homme pour dire « NON » à l’esclavage sous toutes ses formes. Mais cela ne devrait pas seulement rester sur les réseaux sociaux. La bataille doit se concrétiser sur le terrain.
Moi par exemple, je dis NON au lavage de cerveau. NON à la guerre terroriste imposée dans plusieurs régions africaines avec la complicité de nos gouvernants. NON au mensonge sur la pauvreté en Afrique. Elle n’a pas sa place ici et les jeunes africains doivent le savoir et changer leurs mentalités.
Il y a tellement de choses horribles qui se passent dans nos pays, mais on ose se taire. Pourquoi ? Nous sommes tous coupable parce qu’on n’ose pas dénoncer le trafic d’organes humains dans certains régions du Nigeria, on ignore ou alors on fait exprès d’ignorer le trafic d’enfants dans plusieurs régions du Cameroun entre autres. Ces enfants qui vendent les beignets dans nos rues, le gouvernement s’est-il déjà renseigné pour savoir leurs origines ? N’est-ce pas on attend que les medias occidentaux dénoncent pour jouer les surpris non ? Je dis NON à l’hypocrisie africaine. OUI à Claudy Siar, le père de la génération consciente. Big up !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *