#StopAuxAccidentsRoutiers : Notre père qui est à Etoudi, veuillez exaucer nos prières

En douze jours, nous avons produit 14 billets différents dans le cadre de notre campagne qui visait à contribuer à travers nos plumes, à la diminution, voire à l’éradication totale des accidents de la route dans notre pays. Nos contributions, sauf preuve du contraire, ont été de qualité supérieure.  Nous en étions à notre première expérience. Mais ces travaux sans pareil devraient servir au régime de Yaoundé, qui n’a certainement jamais cru à la force de frappe de ses blogueurs. Messieurs les dirigeants de notre cher Cameroun, sachez que #StopAuxAccidentsRoutiers n’est qu’une fenêtre que nous avons ouverte. Je vais d’ailleurs le rappeler dans cette correspondance d’un autre genre que j’adresse au Président de la République, son Excellence Paul Biya, pour faire comme ses griots.

Notre père qui est à Etoudi,

J’espère que vous allez bien et que Genève, votre vraie ville natale, où vous êtes certainement retourné après les travaux de la 71e Assemblée générale de l’ONU à New-York, va aussi bien. Grâce à la magie d’Internet, je me permets de vous écrire aujourd’hui pour premièrement, vous féliciter d’avoir plaidé en faveur des personnes vulnérables au Sommet des dirigeants sur les réfugiés organisé par Barack Obama à New-York. J’ai même constaté, à travers certaines images, que vos proches collaborateurs somnolaient (ils prenaient leurs notes dans leur sommeil ?) pendant les assises alors que vous étiez en train de jouer le «show» mec. Comme pour dire que vous pétez la forme comme un jeune homme de 34 ans. Alors que le numéro 34 est réellement le nombre d’années que vous avez déjà passées au Pouvoir.

On pousse la limousine
On pousse la limousine

Je disais tantôt qu’à New-York, vous étiez très attentif malgré votre âge avancé. Seulement, notre père qui est à Etoudi, j’ai l’impression que vous n’êtes pas également sensible aux cris de détresse de vos populations qui périssent sur nos axes routiers. Dans les billets qui ont précédé le mien, et que vous pourrez également consulter à la fin de celui-ci (en cliquant juste sur les liens), vous verrez que mes confrères et consœurs ont épluché le sujet jusqu’au dernier détail.  Ils y ont mis du sérieux et des chiffres effrayants. Certains ont compté les morts et les causes des accidents qu’on enregistre pêle-mêle dans notre pays, qui se trouve être également le vôtre. Pendant que d’autres se sont intéressés aux milliards de francs  issus des péages routiers chaque année et aux promesses que vos collaborateurs n’ont jamais tenues. Mais quand ces derniers font de fausses promesses, ils croient que la route est idiote, au point de leur épargner la vie à eux-mêmes. Nombreux y sont restés avec toutes leurs familles. Vous êtes chanceux parce que vous n’empruntez presque jamais nos pistes pour ne pas dire nos routes.

En 34 ans de règne, je ne pense pas que vous ayez parcouru le triangle de la mort (Douala-Yaoundé-Bafoussam) par route au moins dix fois. Vous vous déplacez toujours en hélicoptère à l’intérieur du pays. Ce qui fait que vous ne connaissez pas le goût amer des nids de poule que nos braves bricoleurs routiers ont souvent eu la merveilleuse idée de placer aux virages.

Notre père qui est à Etoudi,

A quand remonte votre dernier voyage par route à l’intérieur du Cameroun ? Je ne parle par de Yaoundé-Mvomeka’a hein ! Si ma mémoire est bonne, « la dernière fois que vous avez fait Douala-Yaoundé par route, je crois que c’était à cause d’un souci constaté dans votre avion ». Prochainement, ne vous limitez plus seulement sur la piste Yaoundé-Mvomeka’a, où les trous sont peut-être bien bouchés. Mais comme votre Mercédès déteste le bricolage, surtout routier, il a souvent attrapé la grippe pendant la circulation. Une scène qui me fait repenser à celle vécue le 20 mai dernier pendant la célébration de la fête de l’Unité nationale à Yaoundé, en présence de tous les diplomates des pays accrédités au Cameroun.

#StopAuxAccidentsRoutiers au Cameroun
#StopAuxAccidentsRoutiers au Cameroun

Un triangle juteux pour les vampires

A vrai dire, je ne sais pas où vous vous trouvez actuellement, mais je crois que vous êtes en Suisse, à l’hôtel Intercontinental.

Alors notre père qui est à l’hôtel Intercontinental,

Après votre séjour européen, revenez-vous en pleine forme. Parce que nous avons besoin de vous. Moi particulièrement, j’ai envie que vous nous érigiez un hôtel comme Intercontinental au pays. Comme cela, vous n’aurez plus à séjourner très longtemps chez les Blancs et à les engraisser avec nos pauvres Franc CFA.

Après votre retour « triomphal » comme titre souvent votre quotidien « Cameroon Tribune », vous allez certainement me répondre : « Ah mon fils ! Tu bavardes trop hein ! Tu veux que je construise un hôtel comme ça au pays alors que nous sommes en plein chantier ? Tu n’es pas bien hein !!! Tu veux seulement que je vole dans les caisses de l’Etat pour réaliser ce que tu veux là ? Tu ne vois pas que j’ai emprunté beaucoup d’argent pour le réaménagement de nos routes ?». Il faut plutôt parler du bricolage de nos pistes oui ! En plus notre père qui à Etoudi…pardon à Genève, vous n’avez même pas besoin d’aller puiser les fonds dans les institutions financières internationales pour réaliser nos chantiers. En 34 ans de règne, je suis sûr que vos hommes, en qui vous faites tellement confiance, sont incapables de nous dire avec certitude la destination des milliards amassés dans les péages routiers. Avec cet argent, on pouvait déjà avoir nos rails (pas ceux que Bolloré utilise hein) et même des TGV ici. Mais vous vous êtes arrangé à nous ramener à l’âge de la pierre taillée.

De toutes les façons, continuez dans cette même lignée, les blogueurs vous observent avec un œil très amer. Ce vendredi 30 septembre 2016, notre campagne prend officiellement fin. D’autres activités pourront être menées en amont, mais pour l’heure, nous mettons un point final à notre initiative portant sur les accidents de la route. Mais avant de tourner la page, j’aimerais que chacun de nous sache qu’il est le premier gendarme de sa vie. Qu’il ne faut plus compter sur des hommes qui n’ont jamais voulu le bien de leurs populations depuis qu’ils sont aux affaires. 34 ans de règne sans véritable réalisation, c’est quand même trop ! De toutes les façons, avec ces mêmes dirigeants, c’est le statu quo absolu jusqu’aux accidents routiers. A la prochaine pour une autre campagne.

Cet article est ma contribution dans le cadre de la campagne #StopAuxAccidentsRoutiers initiée par les blogueurs du Cameroun.

A lire aussi dans le cadre de cette campagne :

1- Cameroun : comment on obtient le permis de conduire ? (Ecclésiaste Deudjui)

2- Stop aux accidents routiers – Le jour où tout a basculé ! (Carole Leuwé)

3- Accident de la circulation : A cause de la route, « tu nous manquerons » (Thierry Didier Kuicheu)

4- Et si ces routes avaient existé ? (Wiliam Tchango)

5- C’est elle la tueuse ! (Frank William Batchou)

6- Circulation : Ces pollueurs qui menacent nos vies (Mathias Mouendé Ngamo)

7- #StopAuxAccidentsRoutiers, Douala à l’ère du numérique (Danielle Ibohn)

8- La route tue, et nous aussi… (Fotso Fonkam)

9- Nos routes, ces caisses à sous mal entretenues (Armelle Sitchoma)

10- Ce que font les automobilistes Camerounais quand ils sont au volant ( Yves Tchakounte)

11- Le Smartphone, une cause d’insécurité routière au Cameroun (  Fabrice Nouanga)

12-http://Attention, Aliou a obtenu son permis de conduire Mireille Flore Chandeup 

13- http://banakmroon.mondoblog.org/2016/09/30/cri-pousses-ne-reveillera-personne-vielle-mercedes-plus-grosse-tienne/ Elsa Kane Njiale

 

The following two tabs change content below.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *