Jusqu’où peuvent aller les impuissants de ce monde ?

La planète entière est plongée dans le chaos humanitaire, sécuritaire, économique… et personne n’y peut rien, même pas le pape François.

Depuis mon Cameroun natal, je m’interroge sans cesse sur la suite des temps. Au regard des sujets qui alimentent la chronique, je me demande si nous ne sommes pas la dernière génération à vivre sur la planète bleue ? De par leurs faits et gestes, les dirigeants du monde me répondent par l’affirmative. Il n’y a pas que les gouvernants qui me laissent conclure cette thèse. Il y a aussi le citoyen lambda.

Voilà une planète qui regorge de toutes les richesses suffisantes pour ses populations, jusqu’aux animaux des forêts. La terre produit abondamment sans rien nous demander en retour, sauf l’entretenir. Les eaux produisent différentes espèces de poissons, sans rien demander aux hommes. La forêt a été faite pour la vie et la reproduction des animaux. Le sous-sol regorge d’une immense richesse naturelle. Le ciel ne demande l’avis de personne pour arroser la terre. Le soleil ou la lune non plus. On a tout gracieusement.

Toutes ces bonnes choses, c’est le grand architecte (Dieu), qui les a faites pour le bien-être des populations de la planète. A ma connaissance, nous avons été placés dans ce vaste jardin, pour le cultiver et l’entretenir. Certains pourront trouver mon développement banal, mais je crois que c’est la réalité. Tout ce que nous faisons dans des bureaux climatisés, avec des stylos à main, derrière un clavier, une calculatrice, c’est pour une meilleure gestion ou pas des richesses naturelles. Sans le sol, on n’a rien à manger.

Genèses des conflits

La terre est grande. Nous sommes tous capables de posséder une portion de terrain à cultiver, construire son logement sans rien demander à personne. Malheureusement, je constate que les hommes ont voulu défier leur créateur. Les uns ont quitté leurs territoires d’origine, où ils sont nés, pour aller s’emparer des richesses des autres peuples, qui vivaient tranquillement de la chasse et de la cueillette. Ils n’enviaient personne. Ils se mariaient, et mariaient leurs enfants à leur manière. La vie était belle jusqu’au jour où les méchants, c’est le nom que méritent les terroristes, sont venus avec des armes pour contrôler leurs intérêts.

Et pourtant, les terres des méchants sont aussi très productives. Mais ils en voulaient plus. Ils étaient déjà largement avancés dans le capitalisme. Ils ont commis les atrocités que les livres d’histoires nous enseignent. Je me demande si ces meurtriers ne savaient pas que l’homme naît, vit et meurt. Que le riche ou le pauvre, le Noir ou le Blanc, chrétien, musulman, païen ou animiste, etc. ont tous un même sort. Ils ont la mort en partage. Concernant la résurrection ou la réincarnation que les uns et les autres prêchent, seul Dieu a le dernier mot. Et voilà comment les uns se sont emparés des richesses des autres. En leur imposant même leurs traditions, leur langue… La preuve : ce billet que vous lisez est rédigé en français, et pourtant son rédacteur n’est pas Français.

La coopération est une bonne chose, mais elle devient néfaste quand les accords profitent plus à un camp. Et c’est comme cela que les nations du monde ont voulu coopérer, de façon inéquitable. Ayant donc pris connaissance de cette balance déficitaire, ceux qui sont dominés tiennent absolument à se venger, même au péril de leur vie. Il faut aussi évoquer ce qu’on appelle guerre des religions. Les riches financent les rébellions ou le terrorisme au non de leur dieu. Au nom de quel dieu au juste? De celui qui a fait ce jardin plein de richesses ? Je ne le crois pas.

NB : Ce que je pense de la mondialisation, de la modernisation, des grandes réalisations, entre autres, vous le saurez dans cette série-vérité intitulée : « Jusqu’où peuvent aller les impuissants de ce monde ? »

Didier Ndengue

 

 

 

 

The following two tabs change content below.

Une réflexion sur “Jusqu’où peuvent aller les impuissants de ce monde ?

  1. Belle plume, cependant, le raisonnement est très manichéen et n’apporte aucun élément de réponse. Je trouve même cet article très pessimiste et bien évidemment, si l’on résonne comme ça, personne n’avance. D’autant plus, la dimension spirituelle me dérange, elle renvoi à une certaine fatalité qui m’exaspère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *