Présidentielle camerounaise : la foire aux candidats et séductions virtuels

Article : Présidentielle camerounaise : la foire aux candidats et séductions virtuels
30 mai 2017

Présidentielle camerounaise : la foire aux candidats et séductions virtuels

Le champ de bataille à quelques mois de l’échéance cruciale reste dominé par le Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC) qui est moins bavard sur la Toile mais pertinent sur le terrain.

Je suis derrière lui quand il se démerde tout seul avec son haut-parleur. Mais il ne me voit pas. Il crie, mais sa voix ne tonne pas assez. Elle est fatiguée, mais il insiste. Son objectif est d’attirer les foules.        Il ne se rend pas compte que personne ne va vers lui. Peu importe, il valide son « gombo ». De toutes les façons, il est payé pour rappeler aux populations de Douala 5e, qu’il existe un bureau d’inscription sur les listes électorales dans le coin. Il tient le haut-parleur à l’aide de sa main droite, avec l’autre main, il soutient son pantalon pour qu’il ne descende pas. On dirait qu’il a oublié de mettre la ceinture. Pépé tourne sur place et prononce presque les mêmes paroles sans pouvoir séduire un passant.

Siège d’Elecam au Cameroun. CC: Cameroun24

La scène me fait penser à ces octogénaires qui ne séduisent plus, mais nous gouvernent. Curieusement, le poste d’inscription que le vieil homme vante, grouille de monde, alors que son opération de charme me semble archaïque. Je me demande si c’est lui qui a séduit ce beau monde avec une voix qui ne traverse pas 20 mètres, même avec l’aide du haut-parleur. Quelques secondes plus tard, je me rends compte que ce sont les invités du premier Forum sur l’engagement politique de la femme qui s’arrêtent quelques instants pour se faire enregistrer. Le vieux ne convainc donc personne ? Je n’en ai rien à cirer de toutes les façons. Je me souviens seulement que Nadège Tatiana Mapigoue avait d’abord crée un forum de discussion sur Facebook sur l’engagement politique de la femme camerounaise. Je ne pensais pas qu’elle allait concrétiser son combat sur le terrain ce 27 mai 2017, avec l’appui direct ou indirect d’Elecam et d’Onu Femmes.

Armand Rodolphe Djaleu. CC: Didier Ndengue

Quelques minutes avant le début du forum, je prends place dans le restaurant de l’hôtel qui abrite les festivités, pour bouffer quelque chose. Pendant qu’on me sert un bon plat de boulettes de viande, haricot, pain, j’ai les regards tournés vers le pépé de tout à l’heure. J’espère seulement qu’il a pris le petit déjeuner ce matin avant de venir prêcher sous le soleil et qu’il ne va pas s’écrouler après. « Pourquoi on fait souffrir le vieux là comme ça sous le soleil?» Une belle question qu’Adeline, une amie qui m’accompagne, souhaiterait poser aux dirigeants d’Elecam. Bon, je lâche un peu les baskets à ce vieil homme pour m’intéresser aux candidatures virtuelles qui naissent pêle-mêle sur les réseaux sociaux.

L’effet Macron

Réseaux sociaux. Ici, je réalise que le phénomène Macron a parlé à plusieurs jeunes Camerounais. Commençons d’abord par le côté amour. Plusieurs ados font déjà les yeux doux aux mémés (comme Emmanuel à Brigitte Macron). Certains mecs ambitionnent même de quitter leurs petites amies ou fiancées pour les femmes mariées et avancées en âge. 10 ou 20 ans d’écart les arrangerait bien. Politiquement, Emmanuel Macron, le nouveau patron de l’Elysée a poussé beaucoup de mineurs à poster sur leurs pages Facebook qu’ils seront candidats à la prochaine élection présidentielle au Cameroun. On avait vraiment besoin de ce venin Macron pour réveiller la jeunesse camerounaise, qui ne s’intéressait plus à la chose politique, oubliant qu’on peut inverser la donne et envoyer nos octogénaires au chômage (retraite). Encore faut-il que cette jeunesse qui a hâte de gérer les affaires de la cité, puisse sortir des réseaux sociaux pour s’affirmer sur les champs de bataille comme mon frangin Armand-Rodolphe Djaleu, qui s’est enregistré sur les listes d’Elecam samedi. Moi-même aussi je le ferai cette semaine pour (me) prouver que je suis un bon  citoyen, qui parle et agit. Je ne ferai pas comme ces hommes « politiques » fantômes, qui attendent la veille des élections pour polluer la Toile avec des messages fantaisistes. Ils oublient qu’ils peuvent être populaires sur les réseaux sociaux et enregistrer un score de 00, 0% aux élections, tout simplement parce que les Camerounais bavardent beaucoup sur les réseaux sociaux, mais sont incapables d’assumer sur le terrain. Je l’ai compris. Le RDPC aussi. La vraie opération de charme se déroule sur les places publiques pendant, avant et après les grandes manifestations.

Les élections s’annoncent au Cameroun. CC: Pixabay

Je suggère aussi aux épouses des leaders des partis politiques d’opposition d’imiter Chantal Biya en portant l’habit du parti politique de son mari le jour de la célébration de la fête de l’Unité nationale.

Il ne suffit pas seulement de porter hein, mais de s’assoir à la tribune présidentielle avec ce joli tissu de campagne. Il ne faut surtout pas croire que les photographes et cameramen vont louper votre look. Même si certains considèrent cela comme une tricherie, moi je crois que c’est une technique pour Paul Biya et son entourage de préparer la masse populaire aux prochaines échéances cruciales. Notre grand manitou est trop puissant ! Le type d’Etoudi ne bavarde pas trop, mais il y a toujours beaucoup de bruits autour de lui. Il est vieux, très vieux même, mais il est androïd et séduit non seulement les plus vieux que lui, mais aussi les plus jeunes.

Il fallait être à la place du défilé le 20 mai dernier, pour voir les milliers de jeunes camerounais qui ont adhéré à la philosophie du parti des flammes. Sur les réseaux sociaux par contre, ils ne montrent pas leur attachement à ce mouvement. Il fallait également être là pour voir les rangs des partis politiques de l’opposition. Ils n’y avaient pas assez de militants. Les gars me faisaient pitié. Et pourtant sur les réseaux sociaux, ils sont nombreux à tirer sur le RDPC. Quel paradoxe !  On ne peut pas éviter le père de Brenda. Il est non seulement présent sur la Toile, mais aussi sur le terrain depuis 34 ans…quoi 34 ans ? Père, il faut quitter toi aussi hein !

Partagez

Commentaires