Big up !

Quand on est petit, beaucoup de choses nous marquent. Positives ou négatives. Dans tous les domaines. Dans ce petit billet, je rends hommage à certains animateurs radio qui m’ont bluffé.

Cette photo me parle. Elle me parle même beaucoup. Merci à celui qui l’a mise sur les réseaux sociaux. C’est ce matin en effet, que je suis tombé dessus en ouvrant mon Facebook.

C’est vrai qu’il s’y trouve certains visages qui ne me disent rien. Mais il y en a également qui me sont familiers. Qui ont  même fait partie de ma vie. De mon enfance, je voulais dire. Ces gars étaient des animateurs radio très talentueux. Nous sommes dans les années 2000. La belle époque. L’époque où l’animation était une passion, où les rappeurs clachaient dans tous les quartiers de Douala. Ces gars, depuis leurs studios, pouvaient démolir une méga star. Ils en fabriquaient également.

Photo d’archive. CC RTM

Je ne manquais jamais vos émissions, chers amis. Vous avez marqué mon adolescence. Vos émissions sont gravées dans ma tête comme à la naissance. Les génériques aussi. J’étais toujours branché après les classes. Les génériques de vos émissions me faisaient craquer. Je n’avais pas les mots pour dire à Francis La Plage et à Eric Christian qu’ils me rendaient dingue.

On pouvait me priver de bouffe, mais pas de vous. En tout cas, pas de radio. Tout seul dans ma chambre, je rechante la belle époque. C’était si cool de vous écouter. De prendre les news sur les stars. Les posters des stars inondaient ma chambre. Ils me laissaient croire que la vie est rose. Vous étiez dans ma radio à tout moment. Je me souviens de vous.

De cette époque où mon frangin Aaron Jac’sson parcourait les studios d’enregistrement de Deido. Je me souviens des vrais gars. Du rap de rue. Des mecs qui laissaient les cheveux comme des meufs. De ceux qui voulaient ressembler à Usher, Sisqo, Craig David, Nelly, etc. C’était si beau de se sentir dans la peau d’une superstar. Que c’est dur de rompre avec le passé.

Surtout si celui-ci était remplir de fleurs qui ne se fanaient jamais. C’était ça l’amour. L’amour du micro.

Au micro. CC Pixabay

Aujourd’hui, je vous cherche. Je parcours les studios en espérant vous rencontrer dans les parages. En vain. Vous n’y êtes plus. Je ne sais pas où vous êtes passés. Je ne suis plus les émissions Hip Hop aujourd’hui, parce que je ne m’y retrouve pas. Elles m’égarent.

Sans vouloir offenser ces jeunes qui ont pris le relais, je suis perdu. Je veux réécouter mon Eric Christian sur RTM. Oui, je sais que l’homme n’est pas éternel. Mais je m’ennuie, seul avec mon poste récepteur. Le blogging me console. Les nouveaux maîtres du micro tentent en vain de m’amener dans leur bulle. Ils ne parviendront pas.

Pas sans mon poste récepteur. CC Pixabay

Pour la simple raison qu’ils ne sont pas vous et ne le seront jamais, malgré leur talent. Ils n’ont pas connu l’époque de galère. Ils n’ont pas parcouru plusieurs kilomètres à pied pour aller animer un programme qui était écouté par tous les jeunes de la capitale économique. Non ! Ces animateurs androïd, qui s’habillent aujourd’hui en jean slim veulent me laisser croire que le Hip Hop, celui que pratiquait mon Sinik ou mon 50 Cent, était né dans un studio huppé.

Vous me manquez tellement. Si seulement on pouvait remonter le temps. Si seulement vous étiez encore là.

Big up aux vrais maîtres du micro! 

The following two tabs change content below.

2 Commentaires

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *