Mes astuces pour éviter Paul Biya lors des prochaines élections au Cameroun

L’élection présidentielle camerounaise aura lieu l’année prochaine. Même s’il est au pouvoir depuis 34 ans, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) va forcément présenter un candidat, qui sera sans surprise Paul Biya. Mon blog va suivre de près le déroulement de cette élection pour vous. Je serais sur le terrain avec mon appareil photo (s’il ne tombe pas en panne entre temps), à la recherche des meilleures images et informations pour mes abonnés. En attendant, je compte vous proposer une série de réflexions humoristiques sur ce titre : « Mes astuces pour évincer l’empire du Rdpc). Installez-vous confortablement et dégustez sans modération.   

Vous ne savez pas le bien et le mal que ça fait d’être camerounais et de vivre au Cameroun, au milieu de ces pépés en panne de stratégie qui nous dictent leur loi. Promettez-moi d’être sages pour que je vous déballe tout.

Mais je vais vous dire ce que ça fait, si vous me dites que vous ne me trahirez pas hein. Tout ce que vous lirez dans ce billet, doit rester entre nous ok ? De toutes les façons, si vous dévoilez son contenu à un politicien camerounais, sachez que vous perdez votre temps, parce qu’il ne vous écoutera pas. Est-ce qu’il a même le temps à perdre avec les petites réflexions des petits blogueurs ? Alors, pour ta bonne santé intellectuelle, il faut lire mon coup de gueule autour d’un pot de yaourt (Humm… j’adore !!!).

Paul Biya, le patron du Rdpc. CC: Wikipedia

Un vieux jeune  

Vous le savez peut-être déjà, mais il faut que je vous le rappelle. Le mouvement politique du deuxième président de la République du Cameroun, est gouverné par des vieux. Bien sûr, qu’est ce que vous croyez ? Vous pensez qu’il devait être dirigé par un jeune de moins de 30 ans comme moi qui passe tout son temps à pleurnicher? C’est chose impossible, voyons ! Le président fondateur tient toujours les règnes et c’est magnifique, du moment où il n’a pas encore les cheveux blancs et qu’il ne s’appuie pas encore sur une canne pour se déplacer.

La jeunesse et la fraîcheur du papa de Brenda m’ont déjà wanda (étonné). Il a plus de 80 ans. C’est-à-dire qu’il a plus de huit décennies sur terre. C’est son âge officiel, il ne faut pas l’oublier. Seule sa mère connait l’année, le mois, le jour et l’heure exacts de sa naissance. Parce que vous savez, avant, les gens naissaient vers….et on établissait les actes de naissances quelques années plus tard quand l’enfant avait l’âge d’aller à l’école. Vous voyez un peu ce que je veux dire ? Je ne dis pas que c’est le cas de Popol. Et je n’insinue rien. Toutefois, vous êtes libre de conclure ma pensée.

Jusqu’à présent, je ne comprends pas pourquoi le père là n’a pas une seule chevelure blanche. En bon chrétien, il devrait se rappeler que vieillir jusqu’avoir les cheveux blancs est synonyme de sagesse. En tout cas, j’espère qu’il a vu la couleur des cheveux d’Obama, son petit frère de plusieurs décennies, quand il quittait la Maison Blanche, ou la couleur des cheveux du Pape François (on peut encore tolérer la couleur des cheveux du patron de l’église catholique parce qu’il est un Argentin) la dernière fois qu’il était à Rome, accompagné de maman Chantou (Chantal Biya).

Qui peut challenger Biya ?  

Au Cameroun, on dit que la jeunesse, c’est de 7 à 77 ans. Donc, pépé tu peux déjà accepter ta vieillesse et libérer le trône. Je me demande même si ce type a pensé à construire une maison de retraite pour les anciens présidents ? Bon, c’est vrai que jusqu’ici, on n’en a eu qu’un seul (Ahmadou Ahidjo) qui n’est plus de ce monde. Mais où ira donc M. Biya après sa retraite ? Putain, qu’est ce que je peux être bête ! C’est évident qu’il ira vivre chez lui à Genève (Suisse), c’est où il passe presque la moitié de l’année.

Mais il faut un homme très puissant (un peu comme moi hahaha) pour l’envoyer en retraite. Si vous voulez challenger le candidat naturel du Rdpc, ça tombe même bien, beaucoup de Camerounais attendent son départ à la retraite depuis. Avant toute chose, il faut s’armer de patience parce qu’on ne renverse pas « l’homme lion » comme ça.

Honorable Hamadou Sali, un militant du Rdpc. CC: Wikimedia

Il faut beaucoup de tactiques, de réflexions, de gombo (fric) et de fraude pour espérer obtenir un seul point face à sa machine politique. Oui de fraude. Il faut par exemple avoir beaucoup de tricheurs dans les bureaux de vote, avoir un sac de pactole que vous distribuerez à tous ceux qui vous voteront. Avec 5000 FCFA seulement, vous pouvez acheter les consciences des camerounais qui souffriront après votre élection. En tout cas, on s’en fout même si on souffre après l’élection de celui nous aura séduire comme le serpent avait séduit Eve dans le jardin d’Eden. La suite des souffrances d’Adam et Eve, nous les connaissons tous.

Un parti qui a vieilli sans convaincre

Les Camerounais aiment le cash. Ils pensent que vos programmes politiques ne sont que des histoires à dormir debout. Ils ne sont que des grosses promesses des gros menteurs. D’ailleurs lequel de nos opposants a un programme de campagne plus séduisant que celui du Rdpc ? Et pourtant, après 34 ans de règne, le peuple se plaint toujours parce que le parti de Paul Biya a vieilli sans convaincre.

Les couples Obama et Biya à la maison blanche. CC: Flickr

Pour espérer évincer la donne actuelle, l’adversaire du boss d’Etoudi, doit prescrire l’honnêteté aux membres de son bureau. Ceux-ci ne doivent pas avoir des gros ventres, ni des dents très longues ou encore un gros cœur. Parce que ceux du Rdpc ont tout ça. C’est grâce à eux que ce pays croupit dans la misère. C’est vrai qu’il y a des gens « au grand cœur » dans les rangs de ce parti, qui jouent les généreux avec les sous volés.

Pour envoyer l’actuel régime à la retraite, il faut également savoir manier la langue française sans langue de bois. Les gars tiennent parfois un langage qui n’est compris que par des universitaires corrompus, peureux et formatés. De toutes les façons, pour être le président de la troisième République, il faut être en même de courir à tout moment comme l’ancien président américain pour rattraper le temps. Il ne Faut pas imiter l’exemple du zimbabwéen Mugabé qui n’accepte pas qu’il est fatigué, même si ça se voit qu’il est capable de dormir pendant toute une réunion de prise de décision.

J’espère que tu as retenu mes conseils. On va récapituler. D’abord, tu es moins bavard, parce que c’est le « farotage » qui intéresse les électeurs, ensuite tu triches, parce que sans tricherie, tu te feras éternellement fouetter par le parti au pouvoir qui est un expert en la matière, même si tu es le leader du Social democratic front (Sdf) Ni John Fru Ndi. Il faut également noter que ton programme de campagne rempli de mensonges n’intéresse que les hypocrites. La politique est un jeu de mots, ça tout le monde le sait, mais on en a marre de la langue de bois. Il faut un Donald Trump qui ne trompe pas à la tête de la troisième République.

 

The following two tabs change content below.
Didier Ndengue
Journaliste-blogueur

1 Commentaire

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *