Can féminine 2016 : j’épouse les Lionnes, je zappe les Lions

Depuis mon New-Bell natal, j’ai vécu le joli football de notre équipe nationale féminine à la télévision avec d’autres « boys » du quartier.

Ne dites pas que je dérange hein ! Ça fait très longtemps que je n’ai pas regardé un match de football pendant 90 minutes. Tout simplement parce que j’avais perdu le goût du football à cause d’une catégorie de Lions Indomptables qui se font constamment dompter à chaque compétition. Ouf ! Heureusement que les filles sont venues. Elles sont là. Les messies.

Balle au pied

J’ai été blasé par leur prestation de cet après-midi au Stade Ahmadou Ahidjo à Yaoundé (capitale politique camerounaise) dans le cadre de la 10e édition de la Coupe d’Afrique des Nations (Can) féminine en présence de monsieur et madame Biya. C’est dans la salle de jeu « SuperGoal », sis au quartier Ngangué, non loin du lieu-dit « Cimetière de New-Bell », dans le deuxième arrondissement de Douala, que j’ai vécu le spectacle des nanas en direct à travers l’un des écrans plats placé dans le hall de cette salle.

"Les blogueurs au contrôle"
« Les blogueurs au contrôle »

La salle grouille de monde. Elle est essentiellement composée de mecs. Tous, comme moi, ont les yeux rivés sur l’écran. Le match inaugural de cette compétition oppose l’équipe nationale du Cameroun à celle de l’Egypte. Au « SuperGoal », chacun à sa préférée. Il y en a qui supporte l’Egypte. Mais la majorité roule pour les Lionnes. Ces dernières ne déçoivent pas. Elles livrent une rencontre spectaculaire. Avec des dribbles, des passements de jolies cuisses…pardon de jambes, des coups de tête, des tirs à distance que notre équipe masculine n’a pas livrée depuis plusieurs compétitions. Elles se déplacent à une vitesse impressionnante, manient le ballon à la brésilienne. Ces nanas me font rêver. Pas seulement moi. Certains fans pensent même qu’Hugo Bross, le sélectionneur de l’équipe masculine, devrait faire son choix ici : « Moufdè, ces filles sont fortes. On doit prendre certaines pour renforcer l’équipe des hommes », lance un supporter dans la salle.

Elles percent les filets égyptiens

La joie me gagne. Mais un supporter de l’équipe adverse veut me refroidir : « Aka ! On va les gagner. Vous avez vu comment la gardienne de l’équipe égyptienne est forte ? » Avant même qu’il ne termine sa phrase,  Aboudi Onguéné Gabrielle, met le ballon rond au fond des filets égyptiens. « But but but but !!!!!!!!!!! » Toute la salle est en joie. Pluie d’applaudissements pour les filles. Toutefois, les Lionnes ne lâchent pas prise. Elles tiennent leurs adversaires en respect pendant la première période. « Notre gardienne pourrait même s’assoir et se refaire les ongles tranquillement sans être inquiétée », pense un spectateur ivre de joie, assis juste à côté de moi. Dans les chaumières et les ménages, l’ambiance est partagée par tout le monde. Pendant la deuxième tranche, les filles, après un tour dans les vestiaires, reviennent avec le même engouement et le même spectacle. Ça paie hein ! Christine Manie inscrit le second but de la rencontre. Les égyptiennes sont KO au stade. Et moi à Douala, j’ai décidé d’effacer nos roublards de l’équipe masculine de mon cœur jusqu’à nouvel ordre. Je les zappe pour les filles. Allez les Lionnes, rugissez encore et encore. Bravo !!!

"Les Lionnes Indomptables"
« Les Lionnes Indomptables »

Ce billet est ma contribution dans le cadre de la campagne #LaCanVueParLesBlogueurs lancée par les blogueurs camerounais et africains.

The following two tabs change content below.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *