Je suis Camerounais, je blogue 

Parce que j’aime écrire, lire, partager mon quotidien, mes analyses, mes ambitions et mes angoisses. Ce 31 août 2016, journée mondiale du blog, je vous explique en quelques paragraphes pourquoi je blogue.

Avant d’avoir mon premier ordinateur, je me baladais toujours avec un cahier, sur lequel j’écrivais tout ce qui me passait par la tête. Je m’inspirais de tout. De mes amis, des meufs, des séries brésiliennes, françaises, indiennes et africaines. Mais j’aimais beaucoup plus écrire des chansons dans lesquelles je parlais de moi, de ma condition de vie. Elle était assez cruelle. J’aimais également rédiger des poèmes pour les filles. Mais ça, c’était avant ! Depuis que je suis entré dans la vie active, je suis devenu une autre personne. Bref, beaucoup de choses ont changé dans ma vie. Ma façon de penser n’est plus la même. J’aime prendre position sur tous les sujets d’actualité. J’aime donner mon point de vue, tout en m’inspirant des valeurs de l’humanité. Mon métier de journaliste que j’ai appris à faire honnêtement, m’a ouvert les yeux.

Je suis Camerounais, je blogue ma vie
« Je suis Camerounais, je blogue ma vie »

Ma source d’inspiration

Sur le terrain, j’ai découvert des injustices, des cœurs de pierre, des anges, des démons, des gens qui ont besoin d’être soutenus, des innocents qu’on détruit, des rêves qu’on brise, etc. Sur mon chemin, j’ai rencontré des démons qui se prennent pour des anges. J’ai découvert des génies qui n’avaient pas besoin d’aller à l’école, mais à qui on ferme toutes les portes de la réussite. J’ai également découvert avec tristesse que des orphelins sont devenus le fonds de commerce des responsables des orphelinats.

Mes premiers pas

C’est bien de marcher hein, de s’ouvrir au monde, d’être curieux, d’accepter d’apprendre, de capitaliser les critiques et suggestions, etc. En le faisant, j’ai découvert l’Atelier des Médias de Rfi, où j’ai ouvert mon premier blog. J’avais des choses à raconter. Ces choses avaient un lien direct avec tout ce que j’ai évoqué supra. En 2013, je participe au concours de Mondoblog. Quelque temps plus tard, on me signale que je n’ai pas été admis. Pauvre de moi ! Moi qui rêvais de faire la « Une » de cette plateforme mondiale ! J’en ai tellement rêvé. Toutefois je me disais qu’il fallait être un extraterrestre pour faire partie de ces grosses plumes francophones. Après mon premier échec, je n’ai pas lâché prise. J’ai retenté le coup l’année suivante. Cette fois était la bonne. Mais je l’avoue hein, plusieurs personnes m’ont donné un coup de main. Je pense à Josiane Kouagheu qui a essayé, à sa manière, de m’expliquer la philosophie et le genre de billet à soumettre à Mondoblog. Eh bien! Chérie, me voici sur la plateforme. Grâce à tes conseils, j’y suis. Tu es formidable !

"Journée mondiale du blog"
« Journée mondiale du blog »

Aujourd’hui, grâce à mon blog, je crois que je peux enfin réaliser mon rêve d’enfance. Dorénavant, je blogue pour impacter mon pays, pour contribuer à l’amélioration des conditions de vie des miens. Les miens, c’est ceux qui lisent ce billet à l’instant. Je suis Camerounais, mais je me considère comme un citoyen du monde. Mes billets touchent un peu à tout. Je durcis le ton quand il le faut. Je peux également le fragiliser. Grâce à la formation de Mondoblog, je peux caresser et jeter les peaux de fleurs ou de bananes à qui je veux et comme je veux. En réalité, je blogue pour impulser et accompagner le changement. Par ces mots, je souhaite une excellente fête à tou(te)s les blogueurs et blogueuses.

The following two tabs change content below.

2 réflexions sur “Je suis Camerounais, je blogue 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *