Mensonge: La face cachée des gris-gris africains

Une jeune camerounaise a brûlé un sac d’écorces ramenées chez les pygmées et sorciers noirs le 31 décembre 2014.

Avant de passer à l’acte final qui consistait à en découdre avec ses gris-gris, Flore Ntolo, âgée de plus de 20 ans, s’est d’abord confiée à son assemblée. Plus jeune, la camerounaise, originaire de la région du sud, voulait déjà être riche. Et pour y arriver, ses copines lui ont proposé de consulter les sorciers noirs pour atteindre ses objectifs. Séduite par la proposition, elle n’a pas hésité à l’appliquer avec le soutien de ces dernières. Flore Ntolo était aveuglement manipulée par ses rêves.

Les premières étapes consistaient à rencontrer les plus terribles marabouts du Cameroun. Sans véritable difficulté, Flore a franchi cette étape avec l’aide de ses amies. La gloire et la richesse étant leur seul objectif.

La clique s’est rendue de village en village pour rencontrer les magiciens. Elles étaient régulièrement bien accueillies par les gourous de la sorcellerie noire. Flore, petite gérante d’un bar-restaurant à l’époque, a demandé l’onction des sorciers pour être la meilleure vendeuse de sa contrée. Alors, elle a reçu une écorce « très efficace », selon les flatteries de son géniteur.

Pendant son déballage, Flore a donné le rôle de chaque idole reçue, plus d’une vingtaine environ. Chacun avait son rôle dans la vie de la jeune femme. Un devait la protéger des fuites d’argent, l’autre devait la permettre de devenir invisible quand elle le souhaitait. En tout cas, chaque fétiche brandit, sous le regard étonnant de son assemblée, avait un rôle.

Paradoxes

En possession des ses multiples idoles, mademoiselle Ntolo se croyait à l’abri de la galère, des malédictions, des attaques spirituelles ou physiques des ennemis, etc. Elle ne se doutait pas une seule seconde qu’elles pouvaient se retourner contre elle, selon les non-dits de ses marabouts.

Eh ben, elle a été déçue en constatant, après plusieurs années, que ces écorces n’avaient que des effets négatifs dans sa vie. Au lieu de fluidifier ses ventes, son commerce du bar-restaurant a carrément chuté, au point « où j’ai supplié 10 000 FCFA à mon patron pour rentrer dans mon village.» Donc, l’écorce devant la protéger des fuites d’argent l’a plutôt sucé. En faveur de qui ? Les hommes qui devaient à leur tour accourir vers elle par une simple salutation de la main, selon les charlatans, prenaient à contrario la poudre d’escampette après l’avoir rencontré. Bref, les écorces et autres fétiches n’ont eu aucun  rôle positif dans sa vie. Alors qu’elle mettait toutes les recommandations de ses marabouts en œuvre pour parvenir à ses fins.

la cerise sur le gâteau      

Flore a été trompée sur le chemin de la gloire. Au bout du compte, elle a obtenu une légion de maladies sexuellement transmissibles (MST). Devenue chrétienne depuis quelques mois, la camerounaise, mère d’enfants, a décidé de renoncer aux fétiches et de recommencer sa vie à zéro. Le 31 décembre, elle s’est rendue au dernier rassemblement de l’année 2014 avec un sac bleu remplit d’écorces de toutes espèces et une bouteille de pétrole. A la fin du déballage, Flore a brûlé ce sac en présence de tous les membres de son association chrétienne.

Elle a été guérie de toutes ses maladies en allant à la prière. Mais, l’autre curiosité est qu’elle a été chassée de la maison où elle était hébergée, quatre jours plus tard, par sa sœur aînée, pour avoir brûlé les produits des marabouts.

Didier Ndengue

The following two tabs change content below.

4 Commentaires

  1. c »est une belle histoire qui finit bien car la jeune dame a fini par comprendre que les écorces ne font pas l’homme mais plutôt le travail et la croyance en Dieu.

  2. Les hommes doivent définitivement comprendre que les écorces ou toutes autres sorcelleries n’ont jamais été bénéfiques; on a beau s’entourer des marabouts, seul Dieu a le dernier mot et sait ce qui est bien pour nous.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *